L'OBSESSION D'UNE créatrice

Fondatrice de l'atelier Les Lyonnes, Anne-Claire Thiriot raconte la création de cette nouvelle marque et l'inspiration derrière son produit fétiche, la guêtre d'escarpin.

 

Comment l’idée de créer les Lyonnes vous est-elle venue ?

Je venais de retourner à Lyon après 7 ans passés à Paris. Je voulais me réapproprier cette ville. Je partageais un atelier dans le quartier d’Ainay avec d’autres artisans, tous des femmes. Il y avait une énergie combative, un mélange de talent et d’ambition, voir de révolte. J’en ai tiré une vision incisive et féministe du métier d’artisan. J’adore travailler avec les filles, c’est plus simple, plus fun, plus cool, on sait tout de suite si ça va le faire. Quant au nom, j’étais dans le TGV, je voyais un type lire “Le Monde”. J’ai trouvé que ça fonctionnait bien, en deux mots. J’ai transposé ça au niveau local, ajouté un peu de féminité, et c’est devenu Les Lyonnes !

Qu’est-ce qui vous inspire chez les femmes ?

C’est très lié à la première rencontre de femme artisan que j’ai faite dans cet atelier. Les filles qui me plaisent sont souvent des filles gaies qui ont subi les revers de la vie, et qui créent pour aller de l'avant. Toutes les filles que je connais à Lyon sont comme ça. Des filles qui sont tombées 3 fois, qui se sont relevées 4. Les Lyonnes sont un hommage et un encouragement à toutes ces femmes qui s’accomplissent par l’entreprenariat et la créativité. Et aussi un appel à se serrer les coudes à être plus fortes ensemble.

         "Les Lyonnes sont un hommage et un encouragement à toutes les femmes

qui s’accomplissent par l’entreprenariat et la créativité."

Comment vous est venue l’idée des guêtres d’escarpin ?

Un soir, j’allais à un rendez-vous. En descendant l’escalier du métro, mon pied a glissé. Le lendemain, je me suis mis à dessiner une ébauche de ce qui allait devenir mes guêtres :  une pièce de cuir pour tenir le pied sur l’escarpin et le stabiliser. Evidemment, la guêtre permet aussi d’apporter un petit peu de chaleur au pied à l’intersaison. Mais c’est surtout un accessoire de mode, qui transcende son utilité et permet de personnaliser son style.

L’escarpin, cela représente quoi pour vous ?

Je ne suis pas une fille à sneakers. J’aime l’élégance et l’exigence. L’escarpin est un symbole très puissant, intemporel, de la féminité et de son combat. Il est au-dessus des modes. Etre à la mode, c’est le step juste avant être ringard ! J’aime cette idée d’emprunter un élément du vestiaire masculin, les guêtres, pour le réinterpréter et l’associer à un élément 100% féminin comme l’escarpin. C’est ça, être une gentlewoman : s’inspirer du vestiaire masculin tout en le contredisant, en le transformant.

         "C'est ça, être une gentlewoman :

s'inspirer du vestiaire masculin tout en le contredisant,

en le transformant."